Erosex 2

Histoires Érotiques, Photos Thématiques

18 octobre, 2009

Histoire Érotique Lesbienne : Petite histoire de deux jeunes filles

Classé dans : Homo Lesbienne — Ryan @ 4:03

Ca y est, je me lance, j’ai décidé d’écrire ma première histoire. Jeune fille de 18 ans, je passe de bons moments à me caresser devant mon écran en lisant les autres histoires, le temps est donc venu que je vous fasse partager les miennes.
Je voudrais vous parler de Camille, ma meilleure amie. Nous nous connaissions depuis notre naissance lorsque que je vins passer une après midi, comme je l’ai fait tant de fois, chez elle au moi de juillet. Habitant toutes les deux dans l’un des plus beau quartier résidentiel du nord de Paris, nous avions la chance de pouvoir profiter d’un immense jardin.


Mais si nous tenions tant à nous voir c’est que je venais d’avoir mon premier rapport sexuel avec un mec et qu’il fallait que je lui raconte tout en détail.. Ce dont vous aurez peut être le droit dans une prochaine de mes histoires. Bref nous montions dans sa chambre et je commençais mon récit. au fur et à mesure que je lui racontais tous les détails je vis ses yeux qui commençaient à s’émerveiller, elle qui n’était pourtant plus vierge et quant à moi je me suis surpris à mouiller en lui parlant.

Nous étouffions dans sa chambre, ainsi proposa-t-elle que nous allions dans son jardin. elle prit deux serviettes et une protection solaire avec elle.  » On va faire bronzette, dit-elle « . Ainsi arrivée dans son jardin la voici qui étend sa serviette et commence à se déshabiller. En moins de deux elle était en petite culotte et en soutien-gorge. Faisant un sport collectif et connaissant donc bien les situations de vestiaires, cette quasi-nudité n’aurais pas dû me déranger. Pourtant ce fut tout autre. je devenais rouge comme une tomate et Camille qui le remarquait ne manqua pas de me le signaler et de me taquiner.
La voici donc allongée sur sa serviette et m’invitant d’en faire de même. Ce n’était pas tant me déshabiller devant elle qui me dérangeait que de pouvoir être surprise par son père ou son frère qui pouvaient revenir à tous moments (ce qui actuellement ne me dérange plus, bien au contraire…). A cette époque je devais mesurer 1m65, peser 45 kg et faire du 85b. Camille quant à elle était beaucoup mieux dotée : 1m68, 45 kg, 90C. Je lui avouais donc vite mon gène devant sa poitrine généreuse, ce qui là non plus ne manqua pas de la faire rire mais elle rajouta l’élégance de me féliciter par l’aspect  » ensorceleur  » des miens. Amen ! Et elle ajouta  » Puisque nous en sommes à nous féliciter nos seins. nous n’avons qu’à enlever notre soutien-gorge. Le soleil aussi a bien le droit d’en profiter « . Profiter était bien le mot. mais pour ce qui est du soleil mon œil.

Ainsi se mit-elle seins nus et devant ma timidité grandissante qui me surprenait moi-même, elle me dégrafa le mien dans la foulée.
 » Allonge-toi sur le ventre que je te mette de la crème, petite timide.  » Ce que je fis avec un petit sourire complice.  » J’en profiterai pour te masser, ça te décontractera  » rajouta-t-elle. A vrai dire d’habitude celle qui masse l’autre c’est moi, en tant que sportif. Je supposais qu’elle voulait me montrer qu’elle avait bien retenu la leçon. Elle s’attardait toutefois pas sur les épaules et les omoplates préférant de beaucoup se consacrer à mes hanches et à mon bas du dos. Mes premières inquiétudes passées je me sentis à l’aise entre ses doigts de fée. je me laissais donc dorloter par le soleil et surtout par ses mains qui n’hésitaient pas à devenir très intimes tant je la sentais baisser ma petite culotte. Puis tout à coup, elle lâcha un  » Il a de la chance ton mec. avec de si belles fesses « . Nous éclations de rire.
Elle me demanda ensuite de me retourner, ce que je n’hésitais pas à faire tant j’étais bien entre ses mains et sans même me demander pourquoi et m’affoler de ce qu’elle avait bien dans la tête. D’un seul coup elle s’écria  » Mais tu mouilles ma chérie !  » Alors je me redressais d’un seul bon, l’air affolé. En effet ma culotte était trempée.  » Tu sais c’est plutôt flatteur pour moi  » me dit-elle  » et puis regarde. tu m’as fait mouiller aussi en te caressant « . C’était vrai sa culotte était tout aussi trempée que la mienne, si ce n’est plus. Alors d’un ton timide, gêné mais ressentant une envie grandissante, je lui murmurais  » Nous n’avons qu’à les retirer. « 

Nos yeux se fixaient et lentement elle s’approcha de ma bouche et m’embrassa. et je me suis senti fondre sous ses lèvres comme n’importe quel glaçon ne pourrait le faire même si on le jetait au feu. Jamais je n’ai ressenti autant de plaisir à me faire embrasser. Et là ce fut par Camille ma meilleure amie que je sentais que je désirais et que l’homme qui venait de me dépuceler ne comptait déjà plus pour moi. Décollant lentement nos lèvres elle me dit  » Tu as raison  » et nous nous mettions nues.
Nous venions de franchir le point de non retour. Me rallongeant au sol. elle me ré-embrassa mais, cette fois-ci, d’un baiser emprunt de fougue et de tendresse. Puis lentement et minutieusement elle commença à descendre sur tout mon corps. Elle était allongée sur moi qui écartais les jambes et posais fermement mes mains sur sa tête lui caressant les cheveux. Elle s ‘arrêta sur mes tétons qu’elle sentit s’endurcir à la volupté de sa langue. Puis sur mon nombril, pour enfin s’attaquer à mon minou presque imberbe. Je sentais des frissons me parcourir comme des décharges électriques. puis je me cambrais lâchant des cris de plus en plus incontrôlés de plaisir.. Je ne sais ce qu’elle faisait avec sa langue. Mais je sais qu’elle le faisait… Avec cette maladresse de débutante dépassée par son désir.

En 5 minutes, son nez sa bouche et son menton étaient couverts de ma décharge et j’avais tout joui. J’embrassais ce visage où se mêlait sueur et fruit de ma luxure.
Je ne pris même pas le temps de la caresser. Mes doigts nageaient déjà dans son bas ventre. puis en sortirent pour taquiner son clitoris. Elle jouit en presque trente secondes tant elle était brûlante de désir, en décochant des cris de bonheur.
Nous nous écroulâmes ainsi l’une sur l’autre au beau milieu de son jardin. Après un petit moment, nous décidâmes de remettre nos sous-vêtements. Nous n’arrêtions pas de nous embrasser. Mais en entrant dans la maison nous avons croisé son jeune frère. Il ne semblait pas gêné de nous voir en souvet’. Une seule question nous traversa l’esprit. En avait il vu plus ? Il m’avouera plus tard que oui. Mais cela ne comptait pas. Nous venions d’avoir notre première expérience homosexuelle et nous savions où était notre plaisir. Aujourd’hui nous sommes toujours les meilleurs amies du monde. mais en plus de ça nous sommes maîtresses. Et nous nous offrons régulièrement nos conquêtes respectives, qu’elles soient hommes ou femmes.

Laisser un commentaire

 

Sexe, domination et soumission |
dominadiana |
streamingsexandshare |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | stephannlu
| Oh my gode... Oh my vibro !
| Videos de Cul